Le collagène: qu’est-ce c’est et pourquoi l’utiliser ?

Responsable de la bonne santé des os, des muscles, de la peau et les tendons, le collagène est la protéine la plus abondante dans le corps humain. On en parle souvent, mais qu’est-ce que c’est le collagène exactement? Et pourquoi les gens l’utilisent-ils ?

Nous allons traiter ici d’un sujet dont on parle beaucoup. Mais sans jamais savoir vraiment de quoi il s’agit. Je veux parler du collagène. Mais qu’est-ce exactement, pourquoi est-il si important, quelles sont ses propriétés et vertus?  En quelques épisodes à suivre, vous découvrirez de manière simple tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le collagène et ce qu’il peut vous apporter.

Les professionnels de la santé et spécialistes en nutrition s’accordent tous à dire que le fondement d’une bonne santé physique s’articule autour d’un mode de vie sain et d’une alimentation variée et équilibrée.

Mais qui parmi nous peut affirmer avec certitude ne pas manquer de certains micronutriments indispensables à une bonne santé physique comme le magnésium, les oméga 3, la vitamine D en hiver ou le collagène ?

Bien souvent, nous sommes plus familiers des premiers micronutriments. Mais qui citerait spontanément le collagène dans la liste? Pourtant, le collagène est un élément constitutif de nos organes et son manque dû à l’âge peut entraîner de nombreuses pathologies.

Ce mystérieux collagène dont tout le monde parle, qu’est-ce que c’est exactement et en quoi est-il indispensable à notre organisme? C’est ce que nous allons voir maintenant.

QU’EST-CE QUE LE COLLAGÈNE ?

Le collagène est une triple combinaison issue de trois chaînes d’acides aminés, qui forme des fibres robustes et confère sa structure au corps humain. Protéine la plus abondante de notre organisme, il représente environ 30 % de la teneur protéique totale de notre corps.

le collagène contribue à maintenir la forme et la fonction de notre peau, de nos cheveux, de notre cartilage et de nos os.

 

En assurant l’intégrité, l’élasticité et la résistance des tissus conjonctifs de notre corps, le collagène contribue à maintenir la forme et la fonction de notre peau, de nos cheveux, de notre cartilage et de nos os.

NOS ANCÊTRES MANGEAIENT DU COLLAGÈNE

Bien avant qu’on ne lui donne un nom, le collagène entrait dans le régime alimentaire de nos ancêtres. Ces derniers en consommaient naturellement davantage que la plupart d’entre nous aujourd’hui, car ils se nourrissaient des parties d’animaux contenant le plus de collagène : la peau et les cartilages.

Parmi les exemples contemporains d’aliments riches en collagène, on peut citer la gelée de pâté en croûte en Suisse et en France, le pork pie britannique, ou encore le tonkotsu ramen, une soupe de nouilles à base d’os de porc au Japon.

LE COLLAGÈNE DANS NOTRE CORPS

Le collagène et la peau

Le collagène apporte fermeté et structure à notre peau. Avec l’âge, il se décompose plus vite qu’il ne se renouvelle et notre peau se déshydrate, s’amincit et se ride. Les premiers signes de vieillissement se manifestent.

Il constitue 75 % de la masse sèche de la peau. Composantes essentielles de la structure cutanée, les fibres de collagène fournissent une infrastructure à l’élastine, une protéine qui préserve l’élasticité de la peau, ainsi qu’à l’acide hyaluronique pour l’aider à retenir l’humidité.

Avec un apport suffisant en collagène, notre peau reste souple et lisse. Les rides peuvent diminuer et ne plus apparaître, la peau conserve ou retrouve sa jeunesse.

Le collagène et les tendons

Les tendons sont de puissants tissus conjonctifs fibreux qui relient les muscles aux os. Lorsqu’un muscle se contracte, ses tendons ont pour rôle de transmettre les forces et de résister à la tension.  Les tendons contiennent 85 % de collagène, ainsi que des protéoglycanes.

Le collagène et les cartilages articulaires

Le cartilage articulaire se compose de constituants cellulaires (chondrocytes), qui produisent une matrice extracellulaire associant collagène et protéoglycanes. Les fibres de collagène, qui représentent 70 % du cartilage, sont responsables de sa structure et de sa résistance, tandis que les protéoglycanes servent de « lubrifiant » à l’articulation. 

Le collagène et les os

Représentant environ 90 % de la masse organique des os, le collagène forme le cadre structurel auquel se fixent le calcium et d’autres minéraux. Ses assurent aussi la flexibilité des os. Alors que le collagène et la teneur en minéraux diminuent dans nos os, ceux-ci perdent en robustesse et deviennent progressivement plus fragiles et plus cassants.

Le collagène et les articulations

Le cartilage joue un rôle d’« amortisseur » et de lubrifiant de nos articulations. En vieillissant, le cartilage s’use et son bon fonctionnement en est compromis. Il en résulte des douleurs articulaires, particulièrement désagréables, surtout lors des changements de temps.

Dès la trentaine et même avant, la production de collagène diminue de 1.5 % par année. Passé la quarantaine, nous sommes presque tous concernés par l’usure des cartilages de nos articulations. Ce problème concerne enfin environ 70 % des plus de 65 ans. Lorsque le corps ne peut fabriquer tout le collagène quotidien dont il a besoin, les tissus conjonctifs, les cartilages se détériorent un peu plus tous les jours. Et les articulations font alors souffrir.

Avec le temps et le cartilage qui dégénère, une inflammation s’installe, car l’articulation qui n’est plus lubrifiée a plus de mal à absorber les chocs. L’os ou la vertèbre se déforme afin de répartir les charges sur une surface plus grande. Il se forme ainsi des excroissances osseuses, appelées ostéophytes ou becs de perroquet.

Dans certains cas extrêmes, la position de l’articulation se modifie. Les déformations en X des jambes (genoux cagneux) sont un exemple de ce type d’évolution. De même, l’arthrose des doigts peut aboutir à des déformations visibles, très inesthétiques.

À un stade avancé, les déformations arthrosiques provoquent aussi une surcharge au niveau des tendons et des muscles. Cela peut amplifier les douleurs, raideurs et diminuer encore plus la mobilité.

Que ce soit pour les vertèbres, les hanches ou les coudes, les doigts ou les genoux, un apport externe de collagène peut alors s’avérer une aide précieuse.

Que ce soit pour les vertèbres, les hanches ou les coudes, les doigts ou les genoux, un apport externe de collagène peut alors s’avérer une aide précieuse.

Le collagène et les muscles

Le tissu conjonctif regroupe les fibres musculaires en un faisceau musculaire puissant et fonctionnel. En vieillissant, le collagène présent dans le tissu conjonctif s’appauvrit.

La dégradation de la résistance et de la fonction musculaires affecte notre équilibre, notre démarche et notre mobilité globale.

Vous le constatez, le collagène est important pour l’organisme et il contribue à son bon fonctionnement. Alors que faire quand on vient à en manquer avec l’âge, quand cela devient vraiment inconfortable ? Suite au prochain épisode.

GELAFORM Protéine+ "Gold" - Péptides de collagènePéptides de Collagène

En savoir plus:

 

Nous avons bien reçu votre inscription à la newsletter.


Merci !

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. Plus d’informations.